Archive for January, 2013

January 27, 2013

Vingt-trois prostituées

Bonnes résolutions obligent, Foxtrot et moi avons décidé de nous lancer dans un “défi lecture” : chaque mois, l’un de nous deux sélectionne une lecture pour que nous en discutions ensuite sur le blog.

J’ai donc choisi pour ce mois de janvier la BD Vingt-trois prostituées du Canadien Chester Brown, publiée aux éditions Cornelius.

“Au terme de sa rupture avec Sook Yin Lee, Chester Brown décide qu’il ne veut plus de petite amie. Trois ans d’abstinence plus tard, il décide de sauter le pas et de fréquenter les prostituées. Cet album évoque chacune des vingt-quatre filles avec lesquelles l’auteur a eu des relations sexuelles tarifées entre 1999 et 2010.” (www.cornelius.fr, parenthèse dans la parenthèse : le site de cette maison d’édition est très rigolo!)

Après avoir lu l’avis de Chronicart sur cette BD et m’être senti a priori en désaccord avec leur prise de position conservatrice, j’ai décidé de proposer cette lecture à Tango qui joue souvent le rôle de contrepoids à mon libéralisme débridé. Chester Brown nous offre ici un portrait assez honnête et frontal de ses relations tarifées. On peut y découvrir aussi une (sa?) personnalité assez désaffectée: lorsque sa petite amie lui annonce qu’elle est amoureuse d’un autre et qu’elle souhaiterait une cohabitation à trois, sa réaction est pour le moins flegmatique et donne le ton pour le reste du récit.

J’ai été assez impressionnée par cette bande dessinée : le dessin en noir et blanc sert la plupart du temps un humour pince-sans-rire dont je raffole. Malgré mes craintes, je n’y ai vu aucun misérabilisme, ce qui n’a pas empêché certaines cases de me donner froid dans le dos. La succession des épisodes, scandée par le prénom des 23 (en réalité 24)* prostituées que Chester rencontre, est menée de façon alerte. De temps à autre, le personnage principal débat avec ses amis, hommes et femmes, de son choix d’une sexualité libérée des notions d’amour romantique et d’engagement. Des appendices  et notes complètent l’ouvrage : celles-ci laissent par exemple aux amis de Chester – dont l’auteur de bandes dessinées Seth – la possibilité de nuancer leurs propos rapportés dans la BD ou à Chester l’occasion de développer son avis sur la légalisation de la prostitution ou de s’opposer aux critiques généralement formulées au sujet de la prostitution. Les prostituées sont souvent décrites de manière plutôt positive : elles discutent avec Chester de son travail de dessinateur ou des avantages et inconvénients de leur activité.

 

Tags: ,
January 16, 2013

Les Tissus du Chien vert

Véritable institution bruxelloise depuis 1986, cet immense magasin de tissus exploite sa situation le long du canal pour jouer la carte de la décoration maritime. La maison mère compte trois départements : le Chien vert (tissus de toutes sortes, du coton à la fausse fourrure en passant par le lin et le cuir), les Puces du chien (les fins de rouleaux y sont soldées et vendues en coupons – Tango nous y fait régulièrement une imitation de Gollum serrant contre lui son “precious”-) et le Chien du chien (tissus précieux et chic).

Il est possible d’y faire de très bonnes affaires, d’autant plus en périodes de soldes (pour une fois, T&F est presque d’actualité!). J’y ai trouvé du tissu pour mes tentures, mes coussins et bon nombre de vêtements!

Et si la confection n’est pas l’un de vos loisirs préférés, la balade dans ce magasin tout en dédales, beaux parquets et objets insolites vaut largement la peine à elle seule.

Il est maintenant possible d’y suivre des cours (beaucoup sont destinés aux débutants, parfait!) et le magasin a également des implantations à Waterloo et Hognoul.

Les Tissus du Chien vert à Bxl : rue du chien vert, 2  1080 Bruxelles
Tel  0032  2 411 54 39.

Le Chien du chien : Quai des Charbonnages 50a 1080 Bruxelles
Tel  0032 2 414 84 00.

Ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h00 (vous y recevrez peut-être une rose si vous y allez le samedi après-midi!)

Tags: , ,
January 13, 2013

Brüsel

shopinbrussels.be

shopinbrussels.be

Brüsel est une librairie-galerie BD où débarquer sans idée précise revient à coup sûr à découvrir (et adopter!) un délire trash et déjanté (Toxic de Charles Burns ou Comme un gant de velours pris dans la fonte de Daniel Clowes), un joli univers poétique (Polina de Bastien Vivès ou Lorsque nous vivions ensemble de Kazuo Kamimura), un pamphlet antimondialiste (Garduno de Philippe Squarzoni) ou un bijou formel (Jimmy Corrigan de Chris Ware ou Asterios Polyp de David Mazzucchelli).

Conseils judicieux, choix intéressant de BD anglo-saxonnes et présentation alléchante.

Bvd Anspach 100 ; 1000 Bxl

Place Flagey, 29 ; 1050 Bxl

http://www.brusel.com

Tags: ,
January 5, 2013

Chagall à la Piscine (Roubaix)

Tango et moi nous sommes rendus à Roubaix pour voir la deuxième expo Chagall proposée par La Piscine. Cette piscine Art Déco contruite en 1932 et fermée en 1985 a été reconvertie pour accueillir le Musée d’Art et de l’Industrie. Le bâtiment à lui seul vaut le détour : déambulez au milieu des anciennes salles de douches, des longs couloirs carrelés et des échos de cris d’enfants dans le grand bassin. Les statues de la collection permanente sont installées sur un plancher recouvrant partiellement l’ancien bassin et l’on peut découvrir toiles et costumes installés dans les anciennes cabines et les coursives.

La_Piscine_Roubaix

La collection permanente est assez hétéroclite, comme souvent dans les musées régionaux, avec quelques horreurs dans le genre scènes de chasse ou noblesse locale à cheval – tu oublies les natures mortes (gibier et compotes) et les adorables petits chats dans leur panier! mais aussi de belles découvertes commes des céramiques de Giacometti et Picasso. Dans une belle synergie avec les maisons de mode situées juste à côté, le musée nous permet de découvrir des robes de créateurs (très) originales. Je me permets d’ajouter que l’entrée, combinée ou non avec l’expo temporaire, est très abordable (contrairement aux prix des boissons de la cafétéria! N’empêche qu’ils les accompagnent de délicieuses galettes fourrées, typiques du Nord).

L’exposition Marc Chagall, L’épaisseur des rêves, est située dans l’aile moderne du musée et met l’accent sur les sculptures de l’artiste, une belle surprise pour des néophytes comme nous qui ne connnaissons de Chagall que ses oeuvres picturales très colorées. Outre la belle collection de costumes réalisés pour un ballet à New-York, on peut admirer des bas-reliefs, pour la plupart inscrits dans une relation de gémellité. On retrouvera également dans les peintures le répertoire de motifs chers à Chagall : violon, couple, chèvre, etc., sur une période assez longue. Cet univers onirique s’inscrit parfaitement dans le projet de réhabilitation en synergie de la zone Nord-Flandres-Hainaut : l’imaginaire de Chagall, proche du surréalisme, m’a en effet souvent fait penser à Achille Chavée. 

Ne manquez pas de faire un tour à Roubaix ensuite : architecture qui rappelle celle de Lille et quartier des modes intéressant.

http://www.roubaix-lapiscine.com/publications/191/marc-chagall-l-epaisseur-des-reves.html